Chargement...
Flash Info
Enquête publique PLUi du lundi 18 novembre au vendredi 12 décembre 2019
Fermeture de la Mairie le mardi aprés-midi
Marché à Magescq le jeudi soir Place de la Mairie de 16h30 à 20h
Le brûlage à l'air libre des déchets verts, c'est interdit toute l'année !

Le brûlage à l'air libre des déchets verts, c'est interdit toute l'année !

Les Français produisent en moyenne 160 kg de déchets verts par personne et par an. Pour s’en débarrasser, 9 % des foyers les brûleraient alors que c’est interdit, ce qui représente près d’un million de tonnes de déchets verts brûlés à l’air libre chaque année en France (Source ADEME).

Les déchets verts, qu'est-ce que c'est ?

Les déchets verts sont issus de la tonte des pelouses, de la taille de haies et arbustes, des feuilles mortes, de résidus d’élagage et de débroussaillage, de l’entretien des massifs et d’autres déchets végétaux issus de parcs et jardins…

Particuliers, entreprises, collectivités, nous sommes tous concernés.

Ne brûlez pas vos déchets verts...


Le brûlage à l'air libre des déchets verts, c'est interdit toute l'année !

Les polluants émis dans l’air lors d’un brûlage à l’air libre peuvent nuire à la santé.

Au-delà des troubles du voisinage générés par les odeurs et la fumée, ainsi que les risques d’incendies, le brûlage à l’air libre émet de nombreux polluants en quantité importantes dont les particules qui véhiculent des composés toxiques, et cancérigènes.

La France compte 3,5 millions de personnes souffrant d'asthme.

Les particules fines sont un facteur majorant du nombre et de l’intensité des crises d’asthme et d’allergies. Elles sont également à l'origine d’un grand nombre de décès anticipés : environ 48 000 décès anticipés en France dont 3 500 en Nouvelle-Aquitaine (Santé Publique France Juin 2016).

La collecte en déchetterie

Vous pouvez y déposer vos déchets verts, ils y seront valorisés sous forme de compost.

...Valorisez-les ! Des solutions alternatives adaptées à vos besoins, plus respectueuses de la qualité de l’air et du sol existent

Ces pratiques simples et peu coûteuses vous permettent de faire des économies de carburant et de temps.

Le broyage

Petits et gros branchages broyés permettent de réutiliser les déchets verts sur place, en paillage ou en apport dans le composteur. Renseignez-vous pour un prêt de broyeur dans votre entourage (voisins, mairies, association, entreprises paysagères…).

Astuce pour broyer : vous pouvez passer la tondeuse sur vos petits branchages.

De plus en plus de communes proposent des services gratuits de broyage : renseignez-vous auprès de votre collectivité !

Le compostage individuel ou collectif

Tonte de pelouse et feuillage peuvent être mélangés avec vos restes de repas et épluchures de légumes. Cela permet de produire directement dans son jardin un engrais naturel et de qualité pour toutes vos plantes.

Renseignez-vous auprès de votre commune ou communauté de communes, la majorité d’entre elles mettent à votre disposition des composteurs et développent des plateformes de compostage collectif en bourg et en pied d’immeuble.

Ces pratiques permettent également de créer du lien social. N’hésitez pas à contacter votre collectivité pour participer à un projet collectif !

Le paillage

Le paillage est simple et peu coûteux. Il permet de nourrir et de conserver l’humidité des sols, de protéger du gel les végétaux fragiles et cela évite la pousse des mauvaises herbes. Feuilles mortes, brindilles et branches coupées en morceaux ou broyées, résidus de jardin sont disposés au pied des plantes et arbustes.

Astuces :

  • Vous pouvez laisser l’herbe finement coupée par votre tondeuse sur votre pelouse : cela vous permettra d’économiser du temps, de l’eau et de l’engrais !
  • Lorsque vous faites appel à un prestataire de service pour tailler votre haie ou tondre votre pelouse, demandez-lui de broyer sur place vos déchets pour les utiliser en paillage ou dans votre composteur.

Adopter ces pratiques, permet de ne pas utiliser de produits chimiques et de faire des économies.

Pour notre air, notre environnement et notre santé, on peut aller encore plus loin !

Il est possible de limiter la production de déchets verts en ayant recours à des pratiques d’installation et d’entretien d’espaces verts adaptés.

Le choix des haies

Des haies diversifiées, peu allergènes et peu productrices de déchets verts nécessitent peu d’entretien, résistent à la sècheresse et hébergent de nombreuses espèces.

Espèces à encourager : genévrier commun, orme, murier à papier, chêne vert, tilleul, hêtre, noyer, érable champêtre, châtaignier.

Evitez les végétaux :

  • à forte production de pollen : les cyprès (très agressifs par leur quantité dans le sud de la France), l’aulne, le frêne, le saule, le bouleau, le noisetier.
  • Et à forte production de déchets verts : cyprès, thuyas, graminées des pelouses.

Consultez le guide des plantations pour la prévention des allergies en cliquant ici

L’extension des zones de prairies fleuries

« Laissons pousser ! Préservons notre santé et la biodiversité »

Dans un coin du jardin, autour des arbres, en bordure de route, ces platebandes enherbées remplaceront joliment les pelouses difficiles d’entretien. Vous observerez très rapidement le développement de la biodiversité végétale et animale ! Et vous vous économiserez du temps et de la fatigue !

Exemples d’espèces réapparaissant : orchidées, insectes, …

L’éco-pâturage

Pensez aux multiples services rendus par les animaux !

Vous pouvez opter pour l’entretien des terrains et des pelouses par le pâturage d’animaux herbivores : vaches, moutons mais aussi chèvres, équidés ou cervidés (et même des lamas !).

De plus en plus de communes s’engagent dans cette démarche avec des prestataires locaux.

L’adoption de ces pratiques contribue à la réduction de l’utilisation des produits chimiques : c'est bénéfique pour l’environnement (air, eau, sol, biodiversité) et la santé.

Article écrit le 25 octobre, 2019