Flash Info
Déchetterie - nouveaux horaires à compter du 5 mars : lundi, jeudi et samedi 8h-12h et 13h30-18h
YEGO PLAGES tickets gratuits du 7 juillet au 2 septembre disponibles en Mairie

Médiathèque Magescq

Après avoir accueilli pendant une semaine les œuvres originales de 30 artistes locaux, la scène de la Mairie de Magescq recevait samedi soir et pour la deuxième fois  la compagnie Dacquoise " De but en blanc" pour le "Le procès de Barbe-Bleue".

 

La médiathèque continue de proposer différentes sortes de lectures, musicales, théâtralisées, à la découverte d'auteurs et de textes, intemporels ou contemporains.

Changement de décors donc, avec la mise en scène très sobre d'Evelyne Flachat, éclairage aux bougies, tenues noires pour les comédiens, avec une pointe de rouge pour les prélats, et une seule note blanche, le spectre de Jeanne (d'Arc).

Car le procès est celui de Gille de Rais, Maréchal de France, revisité par la plume ciselée de Thierry Rousselet (présent à la soirée) : tantôt flamboyante, tantôt crue, toujours magnifique, elle a tenu en haleine le public venu nombreux, étonnamment pour une lecture théâtralisée aussi peu confortable! C'est peu dire car rien ne nous a été épargné  des dérives  monstrueuses du seigneur de Rais : comment cet ancien compagnon d'armes de Jeanne d'Arc, qui a contribué à chasser l'Anglais et rétablir le Roi de France sur son trône, en est arrivé à autant  de connivence avec le Mal?

Portrait  un bref instant à décharge quand il évoque son enfance sans amour dans l'une des familles les plus riches du royaume, l'acharnement de tous à le ruiner, le manque de reconnaissance.

L'auteur propose de belles scènes, quand il vend son âme au diable, quand le spectre de Jeanne lui apparaît et le conjure de redevenir celui qui a combattu auprès d'elle; quand  son procès l'oppose à l'Eglise  toute puissante et donne lieu à une attaque en règle des puissants par son mauvais génie Toscan.

Ce texte puissant  est porté par des comédiens inspirés , habités, scandés par les plaintes et les cris du cœur des femmes, mères devenues folles de douleur.

Il nous interroge, en nous montrant la face la plus noire des Hommes. Comment passe-t-on de l'ordinaire à la monstruosité?

Pourquoi malgré les Révolutions et les siècles qui passent, l'humanité reste oublieuse de ses souffrances et répète les mêmes atrocités? Et notre époque, dite civilisée, l'est-elle vraiment au vu de notre actualité?

 

Merci à cette troupe de nous questionner d'aussi belle façon, pour ses choix osés mais aussi pour son inébranlable optimisme.

Rendez-vous est pris pour leur prochaine création...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies